+

Le conseil du vétérinaire

• Les puces adultes ne constituent qu'une seule partie du problème. Leurs œufs et leurs larves participent également à l'infestation du milieu de vie de l'animal.
• Votre animal n'a pas besoin de sortir pour attraper des puces.
• Votre vétérinaire est une source d'informations fiables et avisées. Demandez-lui conseil sur les produits à utiliser en prévention et en traitement pour votre animal et votre domicile.

Qu’est-ce qu’une puce ?

Ce sont des parasites externes qui se nourrissent de sang et infectent beaucoup d’espèces de mammifères et d’oiseaux. Même si elles n’infectent que les animaux dans un foyer, elles peuvent toutefois mordre les humains si l’infestation est très élevée dans le domicile. La contamination par les puces est le motif de visite le plus fréquent chez le vétérinaire. Les animaux infectés sont pris de démangeaisons intenses, pouvant conduire à l’auto-mutilation (griffures, poils arrachés, voire morsures des parties irritantes) et à des réactions allergiques graves. Les lésions mises en évidence sont des blessures et des infections de la peau (dermatites infectieuses), la perte de poils, des démangeaisons, et des conditions générales qui se dégradent chez votre compagnon.

Enfin, même si votre animal n’est pas allergique aux piqures de puces, ces parasites peuvent transmettre des maladies graves bien que rares dans notre région (des maladies parasitaires, ou encore la « bartonellose » une maladie bactérienne aigüe mortelle).


Comment les animaux s’infectent-ils avec les puces ?

Ce sont des parasites très résistants. En dehors des conditions de température et d’humidité très extrêmes, elles peuvent survivre dans l’environnement pendant très longtemps. De plus, les larves entrent en dormance pendant plusieurs mois si aucun hôte n’est présent.

Si votre animal passe du temps en refuge, chenil, ou avec d’autres animaux, le risque d’infection augmente. Toutefois, même un animal vivant exclusivement en intérieur peut s’infecter. Le confort, la stabilité, et les conditions idéales du domicile permettent à ces parasites d’y vivre et de s’y reproduire très facilement. Ainsi, ils survivent aisément à l’hiver ou dans les régions plus froides. Une fois le foyer contaminé, les puces se reproduisent rapidement et, si les conditions le permettent, elles se multiplient de manière exponentielle rendant le contrôle de l’environnement difficile.

Les puces se transmettent directement d’un animal à l’autre, d’un environnement contaminé à l’animal directement, mais également indirectement à travers les larves et les œufs véhiculés par les habits. Par conséquent, toute personne ou animal qui entre dans un domicile peut potentiellement transporter des puces avec elle.

Une fois l’hôte contaminé, la puce va entamer son repas de sang et relâcher des œufs sur lui qui donneront de nouvelles puces. Généralement, les adultes restent toute leur vie sur le même hôte, mais les œufs et les larves peuvent en tomber et contaminer l’environnement. Les larves sont mobiles et se nichent dans des endroits difficiles à nettoyer (tapis, coussins, literie ou  plinthes) ; Une fois le stade adulte atteint, elles sautent sur le premier individu (personne ou animal) afin de commencer à se nourrir.


 

Comment savoir si mon animal a des puces ?

Les puces sont difficilement visibles. Lors de contaminations importantes, vous pourrez les vois directement entre les poils de votre compagnon ou en le brossant avec un peigne spécial puces. Les adultes sont la forme la plus facilement visible mais ils ne représentent pas plus de 5% de l’infection. Les autres stades (oeufs, larves et nymphes) forment les 95% restants et sont très difficiles à mettre en évidence.

Il est possible de trouver des points noirs ou bruns, ressemblant à de la poussière, sur le poil de votre animal ou dans les endroits où il dort. Ces « saletés » sont en réalité les excréments des puces (sang digéré) dans lesquels des œufs sont présents. Lorsqu’on les humidifie, la couleur rougeâtre réapparaît et constitue le moyen d’identification des puces le plus évident.

Les démangeaisons provoquées par les piqures de puces sont variables d’un individu à l’autre. Les animaux allergiques développeront une réaction impressionnante et un prurit intense après une simple morsure, alors que d’autres pourront supporter une infection importante. Le fait que votre animal ne se gratte pas ne signifie pas qu’il n’est pas contaminé. Demandez à votre vétérinaire en cas de doute !


Comment traiter ce problème ?

Les infections dues aux puces impliquent différents stades de développement et, par conséquent, les traitements les plus efficaces sont ceux qui impliquent le plus de stades. Si vous suspectez une infection, commencez par contactez votre vétérinaire car elle peut impliquer des problèmes de peau, de comportement compulsif de prurit, ou d’autres complications qui ont besoin de traitements. Lorsqu’il aura examiné votre animal, il pourra vous recommander les produits les plus efficaces et adaptés pour le traiter contre les puces et leurs possibles problèmes collatéraux.

Si vous avez plusieurs animaux à votre domicile, tous devront être traités en même temps. Il existe aujourd’hui des produits très efficaces et sans danger. Dans certains cas, il sera également nécessaire de traiter le foyer et le mobilier tout en restant attentif à ne pas mettre en contact direct les êtres vivants avec le produit. Il sera donc important d’aérer et de ventiler la pièce avant de réintroduire plantes et individus à la fin du traitement.

La solution la plus simple et raisonnable est de demander conseil à votre vétérinaire qui vous indiquera la marche à suivre pour préserver votre animal d’une infection aux puces !