+

Le conseil du vétérinaire

• Les lapins sont des herbivores stricts, ce qui signifie qu’ils ne mangent que des aliments d’origine végétale et qu’ils ont besoin d’un apport en fibres très élevé pour leur digestion.
• Le foin est l’aliment de base du lapin, il doit être donné à volonté. Les légumes et végétaux frais sont également conseillés.
• L’eau doit être fraîche, en grande quantité et changée régulièrement.

Aujourd’hui, le lapin est devenu  l’un des animaux de compagnie préférés des familles. Il est facile à apprivoiser, mord très rarement et est généralement docile. Il peut apprendre à être propre et peut être laissé libre dans la maison si vous le surveillez. Son espérance de vie de 8 à 10 ans en fait un compagnon attachant avec qui on aime partager des moments de jeux. A la grande différence du chien et du chat, le lapin est un herbivore strict, et son alimentation joue un rôle essentiel dans sa santé et son hygiène de vie. En effet, les pathologies en rapport avec l’alimentation représentent plus des ¾ des consultations chez le vétérinaire. Connaître les besoins nutritionnels de son lapin et bien le nourrir vous permettront d’éviter beaucoup de problèmes de santé.


Les particularités anatomiques de l’appareil digestif du lapin.

Les lapins ont une dentition à pousse continue. Contrairement aux chiens et aux chats, leurs dents poussent indéfiniment et ils ont besoin de se les user en permanence afin qu’elles ne deviennent pas trop longues.

Les lapins sont des animaux caecotrophes, c’est-à-dire qu’ils remangent certaines de leurs crottes (appelées justement « caecotrophes »). Ces dernières sont différentes des selles normales qui sont dures et relativement sèches. Elles sont généralement présentes sous formes de grappes, très humides et molles, et sont mangées directement après avoir été faites. Ce système de digestion est dû à la présence d’un organe particulièrement développé chez le lapin qui est le caecum. Se trouvant à la fin de l’intestin grêle, il forme une sorte de grande cuve de fermentation où vit une flore intestinale caractéristique. Celle-ci se nourrit d’une grande partie des fibres que l’estomac du lapin n’a pas réussi à digérer et libère une grande quantité de nutriments dans ses caecotrophes. Le lapin les remange directement et ces nutriments sont ainsi absorbés au niveau des intestins.

Enfin, une dernière particularité des lapins est qu’ils ne peuvent pas vomir.


Ses besoins nutritionnels

Que ce soit pour l’homme, le chien, le chat ou le lapin, lorsque l’on parle de besoins nutritionnels, on se réfère généralement aux besoins en protéines, aux carbohydrates et fibres, aux lipides et aux autres oligoéléments.

Pour sa part, le lapin a un besoin important en fibres qui doivent constituer l’essentiel de sa ration. Ces dernières ont plusieurs rôles dans son transit intestinal:

  • Fonction nutritionnelle: les fibres partiellement digérées par l’estomac du lapin représentent la première source nutritionnelle pour la flore caecale.
  • Fonction de transit : Les fibres sont peu digérées au niveau de l’estomac et accélèrent donc le transit intestinal du lapin. Ce dernier ne pouvant pas vomir, il ne peut évacuer les boules de poils que par les selles. Les fibres aident donc à évacuer et à faire transiter les poils issus de la toilette.
  • Fonction digestives : Contrairement aux lipides et aux carbohydrates qui sont assimilés rapidement, les fibres sont peu digérées et il faut attendre que l’animal remange ses caecotrophes pour bénéficier de leurs apports nutritifs. Cela diminue les risques d’obésité et maintient l’appareil gastro-intestinal sain et en bonne santé.

La majeure partie des vitamines nécessaires pour le lapin sont produites par sa flore caecale et absorbées avec les caecotrophes. Les aliments industriels apportent également une quantité suffisante de vitamine dans sa ration.

Parmi les minéraux importants, il en est un qui permet au lapin d’user ses dents, il s’agit de la silice. Ce minéral, présent dans certains végétaux comme le foin par exemple, fonctionne comme une lime sur les dents et leur assure ainsi une usure correcte. Le calcium, quant à lui, est absorbé complètement au niveau digestif et l’excédent est éliminé grâce aux urines. Il est donc important de ne pas apporter trop de ce minéral dans sa ration pour éviter la formation de cristaux et de calculs urinaires.


La ration type d’un lapin.

Dans la nature, un lapin mange essentiellement de l’herbe et, quand il en trouve, quelques fruits et racines. Nos compagnons aujourd’hui disposent d’une grande variété d’aliments mais il faut toutefois se rappeler qu’il s’agit d’un herbivore strict.

 Le foin

Le foin doit être l’aliment essentiel de la ration. Riche en fibre et en silice, il peut être donné à volonté et doit représenter au moins 75% de la ration.

Le « vert »

Par vert, on entend tous les végétaux frais. Cela peut être le céleri, le persil, la salade, les fanes de carotte (et non pas la carotte) ou encore l’herbe. Il apporte une quantité importante d’eau ainsi que des vitamines et peut être donné à raison d’une poignée par jour. Un excès de végétaux frais peut provoquer des troubles digestifs dus à l’apport important en eau.

Il doit représenter environ 20% de la ration.

Les friandises

Les friandises sont tout ce qui n’est pas utile à la nutrition de votre animal. Ces récompenses, qui font plaisir au lapin et à son propriétaire, sont un plus qui ne doit pas être donné régulièrement. Il s’agit des fruits comme la pomme, les carottes, les fruits secs, ou encore les barres de céréales. Ces friandises peuvent être données une fois par semaine et ne doivent pas représenter plus de 5% de la ration.

Un excès de friandise provoque des troubles digestifs qui peuvent être fatals s’ils ne sont pas gérés rapidement.

L’eau

L’eau doit être donnée à volonté. Elle doit être fraîche, propre et changée très régulièrement. Pour les grands lapin, préférez les gamelles d’eau plutôt que les biberons qui coulent généralement au goutte à goutte et demande beaucoup de temps pour se désaltérer réellement.