+

Le conseil du vétérinaire

• Une grande variété de pathologies peut provoquer une perte de poids.
• La perte de poids n’est pas une maladie, mais un signe clinique. Le traitement dépend par conséquent des causes sous-jacentes.
• Une visite de santé annuelle associée à un contrôle du poids régulier aide à détecter rapidement d’éventuelles pathologies entraînant la perte de poids.

A partir de quand faut-il s’inquiéter de la perte de poids ?

La perte de poids a pour origine une diminution de l’apport en calorie, une carence (malnutrition ou régime alimentaire inapproprié), une mauvaise absorption ou digestion des aliments ou une altération du métabolisme portant à une augmentation du besoin en calories.

La perte de poids n’est pas toujours un problème et il peut s’avérer normal qu’un animal perde ou gagne un peu de poids par moment, comme par exemple lors des changements de saison. Cette fluctuation nous donne ainsi une idée du poids moyen de l’animal.

La perte de poids dite « pathologique » peut donc s’avérer relativement difficile à mettre en évidence, et il faut donc s’appuyer sur certains critères de préoccupation :

  • Une perte de poids associée à un appétit normal ou augmenté.
  • Lorsque la perte de poids est importante, en particulier quand elle est soudaine.
  • Lorsque la perte de poids est associée à d’autres signes cliniques.

Quelles sont les pathologies qui peuvent provoquer une perte de poids ?

Voici une liste non exhaustive de pathologies pouvant provoquer une perte de poids (certaines sont fréquentes et facilement traitables, d’autres plus rares ou plus sombres au niveau du pronostic) :

  • Malnutrition due à une diète erronée, avec des carences ou inadaptée au poids de l’animal ;
  • Anorexie (perte d’appétit) ;
  • Parasites intestinaux ;
  • Mal-digestion intestinale (incapacité à digérer correctement les aliments) ;
  • Malabsorption intestinale (incapacité à absorber correctement les nutriments) ;
  • Maladies inflammatoires digestives et autres causes de diarrhée chronique ;
  • Maladie thyroïdienne (chez le chat) ;
  • Dirofilariose (maladie des parasites cardiaques chez le chien) ;
  • Diabètes ;
  • Insuffisance rénale ;
  • Insuffisance cardiaque ;
  • Maladies hépatiques ;
  • Cancer

Comment ces pathologies sont-elles diagnostiquées ?

L’historique médical et les résultats de l’examen clinique apportent de précieuses informations au vétérinaire.

L’historique médical comprend les anciens traitements et pathologies ainsi que les raisons de la perte de poids. Le vétérinaire cherchera à savoir ce que mange l’animal et en quelle quantité, depuis quand il perd du poids et si d’autres signes ont été notés avant ou pendant cette période.

Ce n’est qu’ensuite et avec l’aide de l’historique médical que le vétérinaire fera son examen clinique afin d’orienter son diagnostic. Par exemple, un chat avec une maladie thyroïdienne pourra présenter des troubles cardiaques et comportementaux associés à une augmentation de volume des glandes elles-mêmes.

Selon les résultats de l’examen clinique, votre vétérinaire vous proposera des examens complémentaires afin d’établir son diagnostic.


Comment remédier à la perte de poids ?

La perte de poids n’est pas une maladie en elle-même, mais un signe de faiblesse ou de pathologie. Le traitement dépend par conséquent des causes sous-jacentes. Ces dernières sont généralement aisément prises en charge ou traitables, mais lorsque la perte de poids est trop importante, il peut être nécessaire d’hospitaliser l’animal afin de mettre en place une perfusion et un traitement.

Si vous suspectez un amaigrissement anormal chez votre animal, n’attendez donc pas et prévoyez un rendez chez votre vétérinaire traitant afin de diagnostiquer le plus tôt possible l’origine de la perte de poids.

 


La prévention des pathologies provoquant une perte de poids est-elle possible ?

La qualité et la quantité de l’alimentation sont les critères les plus importants pour prévenir la perte de poids.

Lorsque plusieurs animaux vivent en ensemble, contrôlez que l’un d’eux ne mange pas la ration de l’autre ou beaucoup plus qu’un autre et, le cas échéant, prévoyez de séparer les gamelles dans plusieurs pièces.

Certaines pathologies comme les parasitoses peuvent être traitées de façon préventive, mais cela n’enlève pas la nécessité d’un examen clinique régulier et d’un suivi du poids à la maison.

Dans tous les cas, un diagnostic précoce permet d’établir un traitement rapide et d’augmenter les chances et la vitesse de guérison chez un animal malade.