+

Le conseil du vétérinaire

• La majeure partie des chats diabétiques est atteinte d’un diabète sucré de type 2, C’est à dire que les cellules du corps développent une résistance à l’insuline. Dans d’autres cas (diabète de type 1), le corps ne produit plus suffisamment d’insuline pour les besoins de l’animal.
• Après le début du traitement, des contrôles sanguins et urinaires à intervalles réguliers sont recommandés afin de savoir si le dosage est correct ou s’il est nécessaire de l’adapter.
• Beaucoup de chats ont un confort de vie et une activité normaux lorsque leur diabète est contrôlé. Le traitement est généralement à vie mais on observe chez certains animaux une guérison presque complète permettant l’arrêt des injections d’insuline.

Qu’est-ce que le diabète ?

Le diabète sucré est une maladie causée par l’incapacité de faire ou d’utiliser l’insuline, qui est une hormone normalement produite et excrétée par le pancréas, et dont l’une des fonctions les plus importantes est de capturer les molécules de sucre (glucose) du sang pour être utilisées pour le métabolisme.

Le diabète de type 1, dit « diabète insulino-dépendant » se développe lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline alors que le diabète de type 2, ou « diabète non insulino-dépendant » apparaît lorsque les cellules du corps ne sont plus en mesure d’utiliser efficacement l’insuline (elles développent une « résistance » à l’insuline).

La majeure partie des chats présente un diabète de type 2. Toutefois, le contrôle de cette maladie se fait essentiellement par l’injection biquotidienne d’insuline.


Quels sont les signes cliniques ?

Le diabète peut se développer bien avant l’apparition des symptômes et les signes cliniques dépendent du stade de la maladie.

Ils peuvent inclure :

  • Augmentation des urines (polyurie) et de la prise de boisson (polydipsie).
  • Miction en dehors de la litière.
  • Perte de poids.
  • Vomissements
  • Déshydratation.
  • Apathie
  • Augmentation ou diminution de l’appétit.

Comment se fait le diagnostic ?

Les différents signes cliniques associés avec l’historique du chat permettent de s’orienter vers une suspicion de diabète. Après avoir effectué un examen clinique complet, votre vétérinaire vous recommandera un ou plusieurs des examens complémentaires suivant pour confirmer son hypothèse diagnostique :

Numération et formule sanguine et examen biochimique :

Ces examens sanguins sont effectués lors de différentes pathologies et fournissent au vétérinaire des informations sur le fonctionnement des organes de l’animal. Ils peuvent, entre autres, montrer des déshydratations, une quantité élevée de sucres dans le sang ou d’autres troubles associés au diabète.

Analyses urinaires :

Ces examens se font à partir d’un échantillon d’urine récupéré lors de miction spontanée ou prélevé lors d’une ponction avec une seringue directement de la vessie. Ils mettent en évidence la présence de sucre (glucose) dans les urines lors de diabète.

Fructosamine :

La fructosamine est une protéine qui se lie au glucose dans le sang.  Sa concentration varie en fonction de la quantité de glucose dans l’organisme de l’animal. Elle représente donc une estimation relativement précise du niveau du glucose dans le sang et est moins sujette à des variations dues au stress ou à d’autres facteurs externes qui peuvent augmenter ou diminuer rapidement la concentration de glucose dans le sang.

De plus, sa concentration varie lentement et nous donne des indications sur le taux de glucose dans le sang sur les 2-3semaines précédant le prélèvement sanguin.


Quel est le traitement ?

Pour les chats étant atteints généralement de diabète de type 2, des injections d’insuline ne sont pas toujours requises. Votre vétérinaire commencera peut être par changer le régime alimentaire de votre animal. La perte de poids et une alimentation moins grasse et sucrée sont essentielles pour le contrôle du diabète chez le chat. Un traitement médical peut également envisagé, mais en cas d’échec de changement de diète ou de traitement, les injections d’insuline seront à prévoir pour contrôler la pathologie.

Le traitement du diabète est délicat chez le chat car il nécessite une grande disponibilité, une implication et une régularité de la part des propriétaires. Il peut être très utile de prévoir un planning incluant la date et l’heure à laquelle les traitements (injections d’insuline comprises) doivent être effectués et de noter tous les soins faits.

La mise en place du traitement doit être discutée longuement avec le vétérinaire et chaque doute ou incompréhension doit être éclairci avant de commencer.

Après le début du traitement, des examens sanguins et urinaires réguliers sont recommandés et aident à adapter les dosages à l’animal. Contrôler le poids, l’appétit, la prise de boisson, la miction et l’attitude de votre chat à la maison permettent également d’obtenir des informations utiles à la gestion du diabète.

Beaucoup de chats réussissent à vivre heureux et à rester actifs lorsque leur diabète est bien géré. Le traitement est généralement à vie mais on observe chez certains animaux une guérison presque complète permettant l’arrêt des injections d’insuline.


La prévention existe-t-elle ?

Certaines maladies, tels que le surpoids ou l’obésité, favorisent  l’apparition d’une résistance à l’insuline et peuvent donc conduire à un diabète de type 2. Chez le chat, le surpoids est un des facteurs prédisposant principaux. Toutefois, tous les diabètes ne sont pas induits par l’obésité et le contrôle du poids ne suffit pas toujours à l’éviter. Des examens réguliers chez votre vétérinaire vous aideront à diagnostiquer le plus tôt possible l’apparition d’un diabète et commencer ainsi un traitement rapidement.