+

Le conseil du vétérinaire

• Une crise convulsive est une contraction répétée et involontaire d’un ou plusieurs muscles et est due à une décharge soudaine d’impulsion nerveuse au niveau du cerveau.
• L’épilepsie est une affection neurologique dans laquelle l’animal touché est victime de crises convulsives se répétant quelques fois par an à plusieurs fois par semaine.
• Le diagnostic de l’épilepsie ne peut se faire qu’en éliminant toutes les autres causes de crise convulsive. Sontraitement est généralement pour la vie.

Que sont les convulsions et l’épilepsie ?

Une crise convulsive est une contraction répétée et involontaire d’un ou plusieurs muscles et est due à une décharge soudaine d’impulsion nerveuse au niveau du cerveau. Elle peut toucher une seule région, comme par exemple la face, ou le corps entier.

L’épilepsie est une affection qui se définit par une prédisposition cérébrale à générer des crises convulsives. Ces dernières se répètent périodiquement à raison d’une ou deux par an jusqu’à plusieurs par semaine. Cette pathologie est fréquente chez le chien et rare chez le chat.


 Quels sont les symptômes ?

Les crises convulsives peuvent se décomposer en 3 phases : avant, pendant et après.

Avant la crise, beaucoup d’animaux ont un changement soudain de comportement. Ils peuvent se cacher, être désorientés, réclamer l’attention du propriétaire ou s’agiter.

La crise en elle-même se caractérise par des spasmes incontrôlés de moyens à très importants. A cela peuvent s’ajouter des pédalages, une salivation augmentée, des vocalisations, des pupilles dilatées, une miction et/ou défécation involontaire ainsi qu’une perte de conscience partielle ou totale. La crise convulsive tout au plus quelques minutes.

Après cette dernière, les animaux présentent une désorientation plus ou moins prononcée, de la fatigue et une apathie qui peuvent durer de quelques heures à plusieurs jours.

 


Quelles sont les causes ?

Les causes de convulsions sont multiples : processus cérébral dégénératif, infection, traumatisme crânien, pathologie congénitale, tumeur cérébrale, trouble métabolique, intoxication, etc.…

Ce n’est que quand toutes les causes de convulsion ont été éliminées que l’on peut conclure à de l’épilepsie essentielle. Dans la plupart des cas l’origine de cette affection est inconnue. Les chiens sont plus sujets que les chats, et parmi eux les races labrador retrievers, golden retrievers, les bouviers bernois et les caniches sont les plus touchées.

 


Comment se fait le diagnostic ?

La première étape consiste à prendre les antécédents médicaux et l’historique récent de l’animal, en incluant l’exposition à de possibles agents toxiques, l’ingestion de matériel non alimentaire, ou les incidents et traumatismes advenus durant les dernières semaines. Les crises convulsives en elles-mêmes seront ensuite évaluées selon la durée, la fréquence et l’intensité. Enfin, votre vétérinaire terminera par un examen clinique et neurologique complet.

Selon les résultats de l’examen clinique, des examens complémentaires pourront être faits. Ils incluent des prélèvements de sang, de liquide céphalo-rachidien (liquide dans lesquels sont immergés le cerveau et la moelle épinière) et des analyses urinaires. Des tests d’imageries comme la radiographie et l’IRM peuvent être entrepris.

Le diagnostic définitif de l’épilepsie essentielle ne peut se faire que par exclusion des autres pathologies provoquant des crises convulsives. Par conséquent, il est nécessaire d’effectuer l’ensemble des examens complémentaires avant d’en avoir la certitude.


Quel est le traitement ?

Le traitement dépend essentiellement de la cause primaire et sera spécifique de la pathologie sous-jacente.

En cas d’épilepsie essentielle, il est médical et se donne généralement pour la vie. Il s’agit d’anticonvulsivants qui seront donnés à la dose minimale efficace (la plus petite dose pour laquelle le médicament agit). Même si un chien sous traitement ne montre pas de symptômes de crises épileptiques pendant des années, il est important de continuer le traitement. Malheureusement, cette affection ne peut pas être guérie complètement, mais elle est très bien gérée avec le traitement médical. Des contrôles sanguins sont à faire tous les 3 à 6 mois pour évaluer la concentration du médicament dans le sang et la tolérance de l’animal au traitement.


Que faire si mon chien fait une crise convulsive ?

La plupart des crises convulsives ne durent pas plus de quelques minutes. Bien que cela puisse paraître déroutant et stressant, l’important est de garder son calme.

Une fois que la crise commence, il n’y a rien que vous puissiez faire pour la stopper plus rapidement. Vous pouvez la raccourcir sensiblement en diminuant au maximum les stimuli nerveux que votre chien peut recevoir :

  • Dans un premier temps, commencez par dégager l’espace autour de votre animal : enlevez les chaises, les meubles sur lesquels il pourrait se cogner.
  • La crise convulsive se déclenche et s’entretient par le biais de décharges nerveuses : tous les sens de votre chien lui renvoient des stimuli nerveux et, par conséquent, peuvent entretenir la crise. Diminuez donc si possible la lumière dans la pièce, évitez de lui parler, limitez le bruit autour de lui et ne le caressez pas. Aussi frustrant que cela puisse être, vous l’aiderez déjà beaucoup.
  • Restez tout de même près de lui pour le soulager lorsque la crise s’arrêtera.
  • Si vous en avez la possibilité, chronométrez la durée de la crise. Cela permettra à votre vétérinaire d’avoir une idée du pronostic. Une crise convulsive qui dépasse les 5minutes peut entraîner un état, appelé « status epilepticus », qui peut causer des dommages irréversibles au niveau cérébral. Dans ce cas là, le chien doit voir un vétérinaire le plus rapidement possible.