+

Le conseil du vétérinaire

• Les ankylostomes sont des parasites internes qui vivent dans les intestins des chiens et des chats.
• Les humains peuvent être contaminés accidentellement lorsqu’une larve est ingérée ou lorsqu’elle pénètre à travers la peau.
• Les symptômes chez les animaux sont la pâleur des muqueuses, la diarrhée chronique, un poil terne, la perte de poids et l’apathie.
• Un examen microscopique des selles suffit à établir un diagnostic précis.
• Le traitement est médical.
• Afin d’éviter l’infection, il est important de traiter son animal tous les 3 mois.
• Pour les familles avec des enfants en bas âge, un traitement par mois est conseillé pour les animaux, et les selles doivent être enlevées de la litière ou du jardin très fréquemment.

Qu’est-ce qu’un ankylostome ?

Les ankylostomes sont des parasites internes qui se fixent sur la muqueuse intestinale et se nourrissent du sang des lésions qu’ils créent et des nutriments présents. Ces vers peuvent causer de graves entérites et diarrhées hémorragiques chez les animaux infectés. Chez l’homme, elles sont responsables d’une affection dermatologique appelée « Larva Migrans Cutanée » qui provoque un prurit intense associé à des lésions érythémateuses en forme de « cordons » au niveau du point d’entrée du parasite.


Comment mon animal s’infecte-t-il ?

Les œufs relâchés dans l’environnement se développent en larves qui pénètrent à travers la peau pour infecter un nouvel hôte lorsque celui-ci se couche sur une surface contaminée. La larve migre alors jusqu’aux intestins où elle finira par devenir adulte. Les animaux peuvent également s’infecter directement lors de la toilette ou en léchant une surface contaminée. Dans ce cas, l’œuf ou la larve seront ingérés et se développeront en adulte au niveau intestinal.

Les chiennes infectées peuvent également transmettre ce parasite directement à leur progéniture durant l’allaitement. Les larves migrent vers l’intestin où elles se développent en adultes.

Enfin, les puces et d’autres insectes peuvent être porteurs de ce parasite. L’animal en ingérant ces derniers s’infectent.


Quels sont les symptômes ?

Les infections parasitaires aux ankylostomes sont plus sévères chez les jeunes animaux ou lors de contamination importante. Les symptômes incluent :

  • Pâleur des muqueuses ;
  • Diarrhée persistante et très foncée ;
  • Poil terne et fragile ;
  • Perte de poids ou stagnation du poids chez les jeunes en croissance ;
  • Léthargie ;
  • Toux (le parasite passe par les poumons et remonte la trachée lors de sa migration) ;
  • Lésions filiformes, rouges et irritantes, en particulier au niveau des membres.

Les personnes peuvent-elles être infectées ?

Les infections aux ankylostomes sont considérées comme étant des « zoonoses », c’est-à-dire qu’elles peuvent être transmises aux personnes dans certaines régions du monde. Chez l’homme, elles sont responsables d’une affection dermatologique appelée « Larva Migrans Cutanée » qui provoque un prurit intense associé à des lésions érythémateuses en forme de « cordons » au niveau du point d’entrée du parasite.

Ces infections sont dites accidentelles car la larve ne se développe pas et l’affection finit par se guérir d’elle-même.


Comment se fait le diagnostic ?

Le diagnostic se base sur le recueil de l’historique de l’animal et sur les signes cliniques. L’examen microscopique des selles permet d’avoir un diagnostic définitif.

Cet examen complémentaire est toutefois peu effectué car les infections aux ankylostomes sont souvent accompagnées d’autres parasites internes et les traitements sont effectués pour l’ensemble des vers intestinaux.


Quel est le traitement ?

Les chiots et chatons fortement contaminés ou dans un état général précaire doivent être hospitalisés pour être réhydratés et avoir des soins particuliers.

En cas de contamination, deux traitements à 15jours d’intervalle devront être effectués, puis un traitement trimestriel est à mettre en place.


Comment prévenir ces infections ?

 Les nouveaux doivent être traités tous les mois jusqu’à leurs 6 mois contre les parasites internes de manière préventive afin d’éviter les contaminations aiguës. Chez les adultes, le traitement préventif tous les 3 mois suffit généralement à éliminer la majeure partie des parasites et à limiter la contamination de l’environnement.

Des mesures d’hygiène doivent être mises en place quand le propriétaire acquiert un nouvel animal :

  • Un traitement lors de son arrivée dans le foyer ;
  • Nettoyer régulièrement la litière pour les chats et enlever les selles fréquemment pour les chiens.
  • Ramasser les selles que son animal fait dans la rue ou sur la voie publique ;
  • Nettoyer régulièrement les mains des enfants en bas âge, et se procurer des litières fermées pour éviter que ces derniers n’aillent