+

Le conseil du vétérinaire

• Les fistules périanales sont des ulcérations qui se forment dans les tissus autour de l’anus. Elles sont douloureuses et très difficiles à traiter.
• Cette pathologie est fréquente en particulier chez le Berger allemand.
• Les signes cliniques visibles par le propriétaire sont des ulcérations et des pertes sanguines autour de l’anus, des difficultés à faire des selles, une réticence à s’asseoir, une mauvaise odeur de l’arrière train et une perte d’appétit.
• Même si les causes exactes ne sont pas connues, un dysfonctionnement du système immunitaire est suspecté.
• L’anatomie et la conformation de la queue pourrait contribuer à l’apparition de cette pathologie chez certaines races.
• Le diagnostic est généralement fait lors de l’examen clinique, mais la biopsie (prélèvement de tissu) permet d’obtenir un diagnostic de certitude.
• Le traitement implique l’utilisation de médicaments anti-inflammatoires et antibiotiques par voie orale et topique, ainsi qu’une diète hypoallergénique.
• En cas de récidive ou de pathologie sévère, la chirurgie peut être nécessaire.
• Cela peut mettre plusieurs mois à se résoudre, et beaucoup de chiens doivent continuer les soins à vie.

Que sont les fistules périanales ?

Les fistules périanales sont des ulcérations qui se forment dans les tissus autour de l’anus. Le mot « fistule » désigne un canal anormal qui relie un organe, un abcès ou une cavité à une autre ou à la surface du corps. Le mot « périanale » quant à lui indique la région autour de l’anus.

Cette pathologie chronique, inflammatoire et particulièrement douloureuse touche le plus souvent des chiens d’âge moyen à séniors, et en particulier les bergers allemands (bien que d’autres races, comme par exemple les setters irlandais, y soient également exposées).


Quels en sont les signes cliniques ?

Les principaux signes cliniques sont :

  • Ulcérations et pertes sanguinolentes autour de l’anus,
  • Odeur rectale forte,
  • Constipation et difficultés à déféquer,
  • Douleurs et réticences à s’asseoir,
  • Sang dans les selles, diarrhée, incontinence fécale,
  • Perte d’appétit et de poids,
  • Léchage et nettoyage incessant autour de la région anale.

Quelle en est la cause ?

La cause exacte est aujourd’hui inconnue bien qu’un dysfonctionnement du système immunitaire soit suspecté.

L’anatomie en elle-même peut également jouer un rôle dans l’apparition de la pathologie. Par exemple, les bergers allemands tiennent souvent la queue basse le long du corps, ce qui empêcherait la région d’être correctement aérée et favoriserait l’accumulation de selles et saletés dans la région anale.


Comment cette pathologie est-elle diagnostiquée ?

Le diagnostic est généralement fait lors de l’examen clinique, mais la biopsie (prélèvement de tissu) permet d’obtenir un diagnostic de certitude.


Quel est le traitement ?

Le traitement se fait par voie orale et topique (directement sur la région atteinte) et se compose d’une action antibiotique associée à une inhibition de la réaction du système immunitaire. Si l’animal est souffrant et constipé, des lubrifiants et des antidouleurs peuvent être administrés.

Si une allergie alimentaire est suspectée, un régime hypoallergénique doit être mis en place, et aucune entorse à ce régime ne doit être permise.

Cette pathologie étant très longue à se stabiliser, plusieurs contrôles seront nécessaires chez votre vétérinaire. Beaucoup de chiens ont besoin d’un traitement à vie pour limiter la réapparition des symptômes.

Si les lésions ne guérissent pas, ou si elles réapparaissent, une chirurgie peut être nécessaire afin d’enlever les tissus malades. Dans ce cas, les glandes anales peuvent être retirées pour éviter des complications. Dans certains cas, une amputation de la queue aide à la guérison et prévient la  réapparition de la pathologie, en permettant une meilleure aération et la désinfection de la région anale.