+

Le conseil du vétérinaire

• Les animaux peuvent être touchés par une grande variété de pathologies (allergies, parasites externes, infections bactériennes et fongiques,…)
• Les symptômes peuvent se ressembler d’une maladie à l’autre, c’est pourquoi il est important que votre vétérinaire examine votre animal.
• La majeure partie des problèmes de peau se soignent ou peuvent être contrôlés avec un traitement approprié. Si votre compagnon se gratte ou si vous remarquez une lésion sur sa peau, consultez votre vétérinaire.

Il existe de nombreuses maladies qui peuvent causer des démangeaisons ou des problèmes de peau, et réussir à en trouver la cause se révèle parfois difficile. De même, les animaux peuvent souffrir de plusieurs maladies à la fois ou d’une seule qui touche différents organes et tissus en même temps, comme la peau, l’appareil respiratoire, les oreilles ou l’appareil digestif, ce qui complique d’autant plus le diagnostic. Nous présenterons dans cet article les quatre principales affections de la peau chez nos animaux de compagnie.


Les allergies.

Les allergies se développent lorsque le système immunitaire de l’animal réagit de manière disproportionnée face à certaines substances (allergènes) et se traduisent en partie par des problèmes dermatologiques. Ces allergènes peuvent provenir de l’environnement comme les pollens et la poussière, des parasites ou de l’alimentation. Les différentes voies de contact avec les allergènes sont :

  • Les contacts directs avec la peau : C’est la voie d’exposition des allergènes la plus commune pour les maladies de peau. Cela peut être des produits chimiques, des plantes (pollen, poils, sèves,… ) ou des médicaments. Ces allergies sont dites « atopiques », et on parle de « dermatites atopiques » lorsque les lésions sont au niveau de la peau.
  • Voie aérienne : Les allergènes sont inhalés. Cette voie d’exposition est peu fréquente et peut causer également des dermatites atopiques.
  • Morsures de parasites : Les animaux peuvent être allergiques aux piqûres et aux morsures d’insectes. L’exemple le plus commun est la dermatite allergique aux piqûres de puces (DAPP), dans laquelle les animaux sont sensibles à un allergène présent dans la salive de ces insectes.
  • L’ingestion : Dans certaines situations, les protéines présentes dans l’alimentation peuvent provoquer des allergies. Outre les symptômes digestifs, les animaux peuvent également souffrir de dermatite atopique.

Les dermatites atopiques provoquent des démangeaisons importantes qui conduisent à des irritations, des croutes, des blessures, des pertes de poils et des infections de la peau.

Etablir un diagnostic de dermatite allergique peut se révéler compliqué car différentes allergies peuvent être présentes sur un même animal, et les lésions mises en évidence peuvent ressembler fortement à d’autres pathologies de la peau. Votre vétérinaire s’appuiera donc non seulement sur un examen clinique approfondi, mais aussi sur le recueil de l’historique médical de l’animal, avant de suspecter une dermatite allergique.

Idéalement, le traitement d’une allergie implique la réduction drastique ou l’élimination de l’allergène responsable de la pathologie. Par exemple, lors d’une dermatite allergique aux piqûres de puces, il est indispensable de faire un traitement rigoureux contre les puces présentes sur l’animal et dans l’environnement. Si la suppression de l’allergène n’est pas possible ou s’avère compliquée, un traitement médical peut être mis en place.

Dans certains cas, des tests allergologiques peuvent être recommandés. Ils se font par l’intermédiaire d’une prise de sang accompagnée d’un test cutané et aboutissent à la mise en place d’une désensibilisation.

Enfin, les traitements médicaux, même s’ils ne permettent pas la guérison de l’animal, soulagent l’animal et améliore son confort au quotidien.


Les infections bactériennes.

Tous les animaux ont sur la surface de leur corps des bactéries qui sont inoffensives dans la plupart des cas. Toutefois, lorsque votre compagnon se gratte ou que ses défenses immunitaires sont baissées à cause d’une autre maladie (maladie hormonale par exemple), il peut développer une infection bactérienne.

Ces infections, appelées « pyodermites »,  ne sont pas contagieuses pour les autres animaux et personnes de son entourage mais nécessitent d’être traitées rapidement pour éviter des complications.

Le diagnostic se fait selon l’aspect et la localisation des lésions. Il est nécessaire d’approfondir l’examen clinique pour rechercher les causes possibles d’une pyodermite. Pour cela, votre vétérinaire pourra effectuer un prélèvement au niveau de la lésion pour l’observer au microscope et/ou le mettre en culture, ou encore faire une prise de sang. Beaucoup d’infections cutanées sont secondaires à une autre pathologie (parasites externes, maladie endocrinienne, dysfonctionnement immunitaire, allergie, … ) et si cette dernière n’est pas traitée correctement, la pyodermite aura tendance à revenir.

Le traitement se base sur 3 actions : traiter l’infection, restaurer l’intégrité de la peau et traiter la cause sous-jacente.


Les infections fongiques.

Malassezia

Les levures du genre Malassezia font partie de la flore cutanée habituelle des animaux. Les infections sont généralement secondaires à une autre pathologie de la peau.

Il existe différents traitements en comprimé, shampoing ou crème et, tout comme pour les infections bactériennes, l’important est de rechercher et de traiter la cause sous-jacente.

Teigne

La teigne est une infection fongique provoquant la perte de poils nummulaires  qui tend à s’élargir et l’apparition de croutes. Ces lésions peuvent se développer sur l’ensemble du corps, bien que les pattes et la tête soient les plus fréquemment touchées. Chez le chien, ces lésions sont très prurigineuses alors qu’elles sont souvent asymptomatiques chez le chat.

La lampe de Wood met en évidence certains champignons responsables de la teigne : Le test est positif si des poils fluorescents apparaissent. L’examen microscopique permet d’observer des levures autours du poil. Toutefois, le diagnostic définitif se fait grâce à une mise en culture de l’échantillon.

Le pronostic est généralement bon, même si le traitement complet peut prendre plusieurs mois. La teigne est contagieuse, c’est pourquoi il est nécessaire de soigner l’animal malade et les autres vivant avec lui, de garder une hygiène rigoureuse, de se laver les mains après chaque contact et de nettoyer régulièrement l’environnement.


 Les parasites externes.

Il existe différents types de parasites externes chez le chien qui causent généralement des démangeaisons importantes pouvant conduire à de l’automutilation par morsure ou griffure.

Les puces

Les puces sont de loin les parasites externes les plus fréquents. Elles provoquent généralement des démangeaisons et par conséquent une perte de poils et l’apparition de croutes au niveau des zones sensibles. Les animaux allergiques aux puces sont beaucoup plus sensibles et ont tendance à se gratter et se mordre, causant ainsi des rougeurs, des blessures, des pertes de poils et, dans les cas les plus avancés, des pyodermites. L’état général de l’animal infecté par les puces se dégrade avec l’augmentation de la concentration des parasites.

Les acariens

La gale des oreilles est une maladie causée par un acarien qui colonise l’oreille des animaux. Elle est contagieuse entre animaux et provoque une otite externe souvent crouteuse et noirâtre.

La gale sarcoptique est causée par un parasite nommé « Sarcoptes scabiei », qui crée des tunnels dans l’épaisseur de la peau et provoque des démangeaisons importantes. Cette maladie est très contagieuse aussi  bien pour les autres animaux que pour l’homme.

La démodécie en revanche n’est pas contagieuse et est associée à des pertes de poils et des grattages.

Autres parasites

D’autres parasites peuvent contaminer nos animaux, comme les tiques, les aoûtats, et certains moustiques et mouches. Les traitements antiparasitaires sont, pour la plupart, efficaces.

 

Diagnostic et traitement

La plupart des parasites se voient et sont identifiés directement sur la peau de l’animal ou par examen microscopique d’un échantillon de peau. Il existe différents traitements selon le parasite et le pronostic est généralement bon.


 Les autres pathologies.

Les pathologies précédemment citées sont les plus fréquentes chez le chien et le chat, mais il en existe d’autres, comme les maladies auto-immunes, les maladies endocriniennes ou encore les cancers de la peau. Bien que toutes ne soient pas guérissables, la majeure partie d’entre elles peuvent être contrôlées. Les lésions de la peau guérissent rarement d’elles-mêmes et entraînent un mal-être et une dégradation de l’état général de l’animal, c’est pourquoi il est important de consulter un vétérinaire dès l’apparition des premiers symptômes.