+

Le conseil du vétérinaire

• Les vers ronds et les vers plats sont des parasites qui vivent dans les intestins des chats.
• Les vermifuges en pipette traitent aussi bien les vers ronds que plats chez le chat.
• Certains vers intestinaux sont transmissibles à l’homme, c’est pourquoi le traitement des chats est important.

Que sont les vers intestinaux ?

Les vers ronds et plats sont des parasites très répandus qui vivent à l’état adulte dans l’intestin des animaux. Les chats et chatons peuvent s’infester de différentes façons :

  • Durant l’allaitement pour les chatons ;
  • Les œufs de ces parasites sont libérés avec les selles des chats et peuvent survivre dans l’environnement pendant une très longue période. Certains œufs se développent en larves et restent dans le sol, d’autres deviennent contaminants quelques semaines après avoir été pondus. Quand les chats s’allongent dans un environnement contaminé, qu’ils font leur toilette, qu’ils sentent et lèche le sol ou mangent de l’herbe ou d’autres choses dehors, ils peuvent ingérer des parasites.
  • Lorsqu’ils tuent et mangent des petits animaux qui servent d’hôtes pour ces parasites, tels que des rongeurs, des oiseaux, des lézards ou des insectes.
  • Dans les pays tropicaux, certaines larves de parasites (dénommées larva migrans cutanées d’ankylostome) peuvent pénétrer la peau et former des lésions dermatologiques.
  • Beaucoup de chats s’infectent à cause des puces. Ces dernières sont des hôtes intermédiaires pour les vers plats (ténia) ; En se faisant la toilette, le chat ingère les puces qui transmettent ainsi le parasite.

Les chats infectés par des parasites intestinaux développent des symptômes tels que la perte de poids, la diarrhée et les vomissements lorsque les dommages à l’appareil digestif deviennent trop importants. Bien souvent, l’infection est dite « silencieuse », c’est-à-dire que les lésions au niveau des intestins ne sont pas visibles, et l’unique moyen de savoir avec certitude si l’animal a des parasites est de faire un examen microscopique des selles.


Que sont les vermifuges en pipette ?

Les vermifuges en pipette sont des médicaments qui tuent et contrôlent les vers intestinaux chez le chat.


Comment les utilise-t-on ?

Ces vermifuges s’utilisent de la même manière que les pipettes antipuces, c’est-à-dire qu’elles se mettent directement sur la peau de l’animal dans le cou, entre les omoplates. Pour cela, il faut écarter les poils de part et d’autre et déposer le produit sur une petite ligne directement sur la peau.

Lors du premier traitement ou lors d’infestation de vers, il est conseillé de refaire un traitement 15jours après. Le traitement par la suite est à faire comme tout vermifuge tous les 3 à 4 mois.


Sont-ils sûr d’utilisation ?

Les vermifuges en pipette ne sont pas à avaler, et par conséquent limitent les risques de vomissement ou de perturbation intestinale, en particulier chez des animaux présentant déjà des symptômes digestifs.

Ils sont à utiliser chez les chats adultes et chez les chatons âgés de plus de 8 semaines et pesant au moins 1kg.

Etant un produit cutané, il est préférable d’éviter que l’animal se lèche et donc les chats traités devraient être séparés des autres compagnons le temps que le produit sèche.


Quel est l’intérêt des vermifuges en pipette ?

Chez la plupart des chats et chatons, les parasites intestinaux ne mettent pas la vie de l’animal en danger. Il ne faut toutefois pas sous-estimer leur impact sur le transit intestinal, la croissance des jeunes chatons, les diarrhées et les vomissements. Dans les cas les plus avancés, l’animal peut devenir anémique (quantité de globules rouges trop basse) à cause de la perte de sang due aux parasites internes, présenter un arrêt du transit ou se déshydrater à cause de la diarrhée.

En plus du risque de maladie pour votre compagnon, les vers intestinaux peuvent également toucher l’homme :

  • Les œufs d’ascaris peuvent survivre dans le sol pendant une longue période. Les enfants sont les plus exposés lorsqu’ils jouent dans les bacs à sable ou sur la pelouse. Les larves qui se développent peuvent causer des pathologies comme la « larva migrans » (maladie présente dans les pays chauds) ou aller s’enkyster dans le foie, les poumons ou le système nerveux (dont les yeux)
  • Les larves d’ankylostomes peuvent pénétrer la peau et causer également une pathologie appelée « larva migrans cutanée », qui est douloureuse et très prurigineuse ou, plus rarement, migrer au niveau de l’appareil digestif et causer des douleurs abdominales. Toutefois, les larves ne devenant pas matures chez l’homme, ces infections se résolvent généralement d’elles-mêmes.
  • Les infections humaines des vers solitaires du chat sont très rares, presque uniquement par ingestion accidentelle de puces. La majeure partie du temps, ce sont les enfants qui sont infectés. Lorsque des œufs sont ingérés (et pour un type de vers particulier), la larve qui se forme peut s’enkyster et nécessiter un traitement spécifique, un drainage ou un retrait chirurgical.

Comment protéger sa famille des parasites intestinaux ?

Voici enfin quelques conseils pour vous permettre de protéger au mieux votre animal et votre famille des parasites internes :

  • Lors de l’acquisition d’un chiot ou d’un chaton, traitez-le tous les mois jusqu’à ses 6 mois.
  • Traitez votre animal tous les 3 à 4 mois maximum pour éviter une infection massive et la dissémination d’œufs et de larves dans l’environnement.
  • Pour votre chien, munissez-vous systématiquement de sachets en plastique pour récupérer immédiatement les selles. Cela réduit les risques de contamination de l’environnement.
  • Pour les chats, nettoyez régulièrement la litière, en particulier dans les foyers avec plusieurs animaux. Cela évite la contamination entre individus et réduit le risque de ré-infection en cas de parasites internes. De plus, couvrez les bacs à sable pour enfants afin de décourager les chats d’extérieur d’y faire leurs besoins.
  • Encouragez les enfants à se laver les mains après avoir été en extérieur, avant de manger et après avoir joué ou caressé l’animal de la maison.
  • Prévoyez des visites de bonne santé régulières chez votre vétérinaire et, si besoin, préparez un échantillon de selle de votre animal pour le faire tester.
  • Si possible, empêchez votre chien ou chat des actes de prédation, et éliminez les cadavres dès que vous en voyez.
  • Chaque nouvel arrivant (animal) dans le foyer devrait être testé et/ou traité de manière préventive contre les parasites internes.
  • Pensez à utiliser un anti-parasitaire externe efficace de manière régulière non seulement pour éviter la contamination par les puces et tiques, mais aussi pour prévenir l’infection par des parasites internes.