+

Le conseil du vétérinaire

• Les parasites gastro-intestinaux peuvent être à l'origine de pathologies importantes non seulement chez les animaux de compagnie mais aussi pour certains d'entre eux chez l'homme.
• Vermifuger son animal signifie lui donner un traitement contre les parasites internes. Les vermifuges varient selon l'espèce, la race, l'âge et la santé de votre animal. Consultez donc un vétérinaire afin qu'il prescrive un traitement adapté.
• Chaque nouvel arrivant devrait être testé pour les parasites internes à son entrée dans le foyer et traité si ceux-ci sont mis en évidence.

Les parasites internes

Ce sont des parasites qui vivent dans l’estomac et les intestins de leur hôte. Ils forment une classe très variée, comprenant les vers ronds et les vers plats visibles à l’oeil nu, mais aussi des organismes microscopiques appelés « protozoaires » (comme par exemple les coccidies ou Giardia). Quelle qu’en soit leur taille, ils sont en mesure de provoquer des pathologies importantes, et dans les cas les plus graves, la mort de l’animal. Quelques uns peuvent également infecter l’homme.

Voici une liste des principaux parasites gastro-intestinaux présents chez nos animaux de compagnie :

  • Ascaris : ce sont des vers ronds visibles à l’oeil nu, de quelques millimètres d’épaisseur. Chez l’homme, ils peuvent être responsables sous leur forme larvaire (larva migrans) d’une maladie induite par la migration de la larve à travers les organes comme le foie, les poumons et le système nerveux. Dans des cas plus rares, les jeunes larves peuvent migrer jusqu’à l’oeil où elles sont en mesure de causer la cécité de la personne.
  • Ankylostome : Ces vers se fixent sur la muqueuse intestinale et se nourrissent du sang des lésions qu’il créent et des nutriments présents. Ils peuvent causer de graves entérites et diarrhées hémorragiques chez les animaux infectés. Une fois libérées dans l’environnement, les larves des ankylostomes pénètrent à travers la peau pour infecter un nouvel hôte. Chez l’homme, elles sont responsables d’une affection dermatologique appelée « Larva Migrans Cutanée » qui provoque un prurit intense associé à des lésions érythémateuses en forme de « cordons » au niveau du point d’entrée du parasite.
  • Vers plats : Ils sont longs et formés d’une succession de nombreux segments remplis d’oeufs qui sont éliminés avec les selles. Les hommes peuvent également s’infecter en ingérant inconsciemment des œufs(mauvaise hygiène des mains, etc…).
  • Giardia : Ces parasites sont des protozoaires, c’est-à-dire des organismes microscopiques constitués d’une simple cellule. Ils vivent essentiellement dans les intestins de leur hôte qui s’infecte au contact de l’eau, de la nourriture, ou d’un sol contaminé.

La transmission des parasites et l’infection chez les animaux de compagnie.

Dans la majeure partie des cas, les œufs ou les différents stades larvaires infectant des parasites internes sont éliminés par l’hôte avec les selles. Une fois ces derniers libérés dans l’environnement, les autres animaux ou les hommes présents peuvent être infectés directement, avec l’eau, la nourriture, les plantes ou encore la terre contaminées. Certains parasites internes peuvent résister de plusieurs mois à plusieurs années dans l’environnement extérieur.

Dans certains cas, un hôte intermédiaire peut être nécessaire (comme les rongeurs par exemple) et les animaux de compagnie s’infectent alors en chassant et en se nourrissant de ces petits mammifères. Les nouveaux-nés peuvent également s’infecter lors de l’allaitement ou durant la période fœtale si la mère est contaminée.

Les vers plats sont légèrement différents dans le sens où ils peuvent être transmis également par les puces qui leur servent d’hôte intermédiaire. Les animaux s’infectent alors en faisant leur toilette ( en mangeant la puce, et par conséquent le vers). Le parasite se développe ensuite dans l’appareil digestif.


Les signes cliniques

La diarrhée, les vomissements et la perte de poids sont les signes cliniques les plus évidents lors d’infection. Toutefois, il n’est pas rare que les animaux de compagnie contaminés ne présentent aucun signe clinique.

Dans les cas les plus critiques, on peut constater des pertes de sang dans les selles et des diarrhées abondantes.


Les traitements contre les parasites internes

Le traitement contre les parasites internes consiste en l’administration de vermifuges qui éliminent les vers présents et contrôlent l’infestation de l’environnement.

L’examen des selles permet de mettre en évidence la majeure partie des infections, mais certains parasites ne sont pas tout le temps détectables. C’est pourquoi beaucoup de vétérinaires préconisent de vermifuger en prévention, même si l’examen des selles se révèle négatif. De même, Les chiots et chatons, étant souvent infectés, sont généralement traités régulièrement les premiers mois de vies. Ces traitements ne sont pas dangereux aux dosages thérapeutiques et évitent des pathologies gastro-intestinales importantes chez les jeunes.

Il existe plusieurs catégories de vermifuges ainsi que différentes préparations (spot-on, comprimés, pâtes,… etc…). Leur application varie selon l’espèce, la race et le caractère de l’animal. Consultez donc votre vétérinaire afin qu’il vous prescrive le vermifuge le plus approprié.


Comment traiter mon animal et prévenir le risque d’infection

Avant de traiter votre animal, demandez conseil à votre vétérinaire, il vous proposera les traitements les plus appropriés. Bien que les vers intestinaux représentent la majeure partie des parasites internes, certains affectent également d’autres organes, tel que les filaires qui sont des parasites du cœur provoquant une maladie appelée la dirofilariose. Toutefois, une grande partie des vermifuges sont efficaces également contre ces vers.

Voici enfin quelques conseils pour vous permettre de protéger au mieux votre animal des parasites internes :
  • Lors de l’acquisition d’un chiot ou d’un chaton, traitez-le tous les mois jusqu’à ses 6 mois.
  • Traitez votre animal tous les 3 à 4 mois maximum pour éviter une infection massive et de possibles pathologies gastro-intestinales.
  • Pour votre chien, munissez-vous systématiquement de sachets en plastique pour récupérer immédiatement les selles. Cela réduit les risques de contamination de l’environnement.
  • Pour les chats, nettoyez régulièrement la litière, en particulier dans les foyers avec plusieurs animaux. Cela évite la contamination entre individus et réduit le risque de ré-infection en cas de parasites internes. De plus , couvrez les bacs à sable pour enfants afin de décourager les chats d’extérieur d’y faire leurs besoins.
  • Encouragez les enfants à se laver les mains après avoir joué en extérieur, et avant de manger.
  • Prévoyez des visites de bonne santé régulières chez votre vétérinaire et, si besoin, préparez un échantillon de selles de votre animal pour le faire tester.
  • Si possible, empêchez votre chien ou chat des actes de prédation, et éliminez les cadavres dès que vous en voyez.
  • Chaque nouvel arrivant (animal) dans le foyer devrait être testé et/ou traité de manière préventive contre les parasites internes.
  • Pensez à utiliser un anti-parasitaire externe efficace de manière régulière non seulement pour éviter la contamination par les puces et tiques, mais aussi pour prévenir l’infection par des parasites internes.