+

Le conseil du vétérinaire

• L’examen ophtalmologique inclut l’examen des yeux et des structures qui les entourent.
• Il est effectué par votre vétérinaire traitant dans la majeure partie des cas, mais si la pathologie est plus complexe il peut être référé à un vétérinaire ophtalmologiste (vétérinaire spécialisé).
• Cet examen est généralement non-invasif et non douloureux pour votre animal.
• Les examens complémentaires qui peuvent être demandés dépendent de la nature des lésions.
• Les animaux ayant des troubles de la vision ou des lésions aux yeux devraient consulter le vétérinaire le plus tôt possible.

Qu’est-ce qu’un examen ophtalmologique ?

Durant l’examen ophtalmologique, le vétérinaire effectue plusieurs tests qui lui permettent d’identifier les lésions présentes ainsi que les possibles causes sous-jacentes. Votre vétérinaire pourra effectuer cet examen lui-même ou vous référer à un spécialiste si la pathologie l’exige.


 

 Pourquoi l’examen ophtalmologique est-il important ?

L’examen ophtalmologique devrait faire partie entière de l’examen clinique de routine lors de la visite vaccinale. Toutefois, les examens complémentaires dépendent des circonstances et des lésions observées :

  • Si l’aspect est anormal sur un seul des yeux ou sur les deux ;
  • Si votre compagnon montre des signes de douleur (œil fermé et/ou rouge, irritation, …) ;
  • Si vous avez l’impression que la vue de votre animal a baissé ;
  • Si votre compagnon s’est blessé aux yeux.

 


Comment se déroule l’examen ophtalmologique ?

Le déroulement de l’examen ophtalmologique peut inclure une grande quantité de tests et d’examens complémentaires. Ces derniers ne sont pas tous exécutés et dépendent des lésions observées.

L’évaluation de la vision constitue souvent la première partie de l’examen. Le vétérinaire observera comment l’animal se déplace dans la pièce ainsi que sa réaction lorsqu’il laissera tomber une boule de coton près d’un œil puis de l’autre (test du coton). Enfin il évaluera son « réflexe de clignement à la menace » : cela consiste à s’approcher rapidement d’un œil avec le doigt sans le toucher pour voir si l’animal ferme ses paupières (réflexe normal) ou non (réflexe absent).

Les « réflexes photo-moteurs » permettent d’évaluer la rétine (membrane sensorielle qui tapisse le fond de l’œil), les muscles de l’iris (partie colorée de l’œil), les nerfs et la région du cerveau qui contrôle la vision. Pour cela, le vétérinaire appliquera une lumière directe au niveau d’un œil puis de l’autre, et observera la contraction des pupilles.

Si votre vétérinaire souhaite contrôler la production de larmes, il effectuera le « test de Schirmer », qui consiste à placer sur chaque paupière inférieure une petite bande absorbante pendant 1 minute puis de mesurer la longueur humidifiée. Ce test permet de déterminer si la production de larmes est suffisante pour lubrifier correctement l’œil.

L’examen ophtalmologique permet d’évaluer une éventuelle inflammation, irritation, infection, traumatisme ou masse anormale au niveau de l’œil en lui-même. Il inclut également un contrôle des structures qui entourent les yeux (paupières, conduit lacrymal, glandes lacrymales et nerf optique).

Les lésions traumatiques sont relativement fréquentes chez les animaux de compagnie, en particulier chez les chats qui se griffent lors de luttes. Ces lésions sont faciles à identifier lorsque ce sont les paupières ou les structures entourant l’œil qui sont touchées. Toutefois, les abrasions et ulcères sur la cornée (partie transparente de l’œil) n’étant pas toujours visibles à l’œil nu, une mise en évidence avec de la fluorescéine sera nécessaire. Ce colorant orange inoffensif pour l’œil de votre compagnon deviendra jaune fluorescent au contact des larmes, s’imprégnera pendant une petite dizaine de minutes sur les lésions, et permettra au vétérinaire de constater la localisation et l’étendue de la blessure.

En cas de suspicion de glaucome (pathologie douloureuse caractérisée par une augmentation de la pression de l’œil due à un drainage insuffisant des liquides intraoculaires), le vétérinaire mesurera la pression de l’œil. Certaines espèces ainsi que certaines maladies prédisposent à l’apparition de glaucome. Avant de réaliser le test, il appliquera quelques gouttes sur la surface oculaire afin de l’insensibiliser. L’instrument, de la forme d’un petit stylo, est délicatement posé plusieurs fois de suite sur l’œil. En cas de glaucome, la pression obtenue est supérieure à la normale. Une pression trop faible peut au contraire être un signe d’uvéite (inflammations des structures internes de l’œil).

L’examen ophtalmique inclut enfin l’inspection du fond de l’œil. Pour se faire, le vétérinaire doit appliquer quelques gouttes pour dilater les pupilles de l’animal. Ces gouttes mettent entre 15 et 30 minutes à agir. Cet examen nécessite un instrument particulier qui permet d’évaluer l’intérieur de l’œil (rétine, vaisseaux sanguins et nerf optique).

 


Quel est l’intérêt d’un examen ophtalmologique ?

L’œil est une structure très sensible et délicate. Si vous remarquez quelque chose d’anormal au niveau de l’œil ou de la vision de votre animal, il est important de contacter directement le vétérinaire. Beaucoup de pathologies de l’œil sont douloureuses et peuvent conduire à la perte de la vision si elles ne sont pas prises en charge à temps. L’examen ophtalmologique permet ainsi de définir l’importance de la lésion et de commencer un traitement ou de référer chez un spécialiste rapidement.